Category: Revue de presse


http://www.romandie.com/news/n/_Debut_des_forages_a_Jouarre_ou_des_riverains_craignent_le_gaz_de_schiste22060820131540.asp

 

JOUARRE (France / Seine-et-Marne) – Le pétrolier américain Hess Oil a commencé à forer le sol mardi à Jouarre (Seine-et-Marne) pour cartographier le sous-sol du bassin parisien, selon la société, alors que des riverains redoutent qu’il s’agisse d’un préalable à l’exploitation du gaz de schiste.

Six à huit ouvriers s’activaient à la mi-journée aux abords de la foreuse de la société, haute de 26 mètres et installée au milieu des champs dans la Brie, à environ 50 kilomètres de Paris, selon une journaliste de l’AFP sur place.

Des camions transportant de la boue, probablement pour préparer le sol, faisaient des aller-retour et environ toutes les 10 minutes, la tête de la foreuse perçait le sol et descendait sous terre.

Malgré plusieurs tentatives, un porte-parole de Hess Oil n’avait pu être joint par l’AFP en début d’après-midi. Le groupe a affirmé à l’AFP la semaine dernière qu’il n’était pas dans la Brie pour pratiquer la fracturation hydraulique en vue de rechercher du gaz de schiste, interdite depuis 2011, mais pour cartographier le sous-sol du bassin parisien.

Les militants et riverains, dont plusieurs centaines ont manifesté samedi à Jouarre, jugent eux que les réserves sont connues après 50 ans d’exploitation pétrolière en région parisienne, qui abrite de nombreux puits de petite envergure.

Ils accusent Hess Oil de vouloir explorer la roche mère, qui renferme le pétrole ou gaz de schiste, et est située bien plus bas que là où se forment les réserves de pétrole traditionnelles.

Pour Isabelle Lévy, du Collectif fertois, Hess veut mettre un pied dans la porte et passer à la fracturation hydraulique si la loi devait changer à nouveau.

La cartographie du sous-sol parisien va permettre de localiser du pétrole pour lequel les techniques de production (…) sont interdites, a admis le président pour la France de Hess Oil, Bertrand Demond, à l’AFP. Mais la société, très active dans l’exploitation de gaz de schiste aux Etats-Unis, compte surtout découvrir du pétrole conventionnel dans des couches négligées jusque-là ou du pétrole de roche mère extractible sans fracturation, a-t-il fait valoir.

mw-axr/mba/LyS

HESS CORPORATION

(©AFP / 06 août 2013 15h37)

Publicités

http://paris-ile-de-france.france3.fr/2013/08/03/seine-et-marne-pres-de-500-manifestants-pour-dire-non-au-gaz-de-schiste-297577.html

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi 3 août 2013 à Jouarre en Seine-et-Marne pour protester contre un projet d’exploration du gaz de schiste. Militants et élus se sont rassemblés devant la plateforme du pétrolier Hess.

  • Audrey Natalizi avec Norbert Cohen et AFP
  • Publié le 03/08/2013 | 19:08, mis à jour le 03/08/2013 | 19:08
© Norbert Cohen
© Norbert Cohen
Ils étaient près de 500,  militants des associations de défense de l’environnement et élus locaux, rassemblés ce samedi 3 aôut 2013 à Jouarre pour dire non au gaz de schiste. Un rassemblement devant les installations de l’entreprise Hess Oil, détenteur de permis d’exploration. Quelques manifestants ont tenté de s’approcher des installations mais ont été rapidement repoussés par les forces de l’ordre présentent sur place.

Reportage de Norbert Cohen et Philippe Aliès

Voir la vidéo

Manifestation contre le gaz de schiste à Jouarre
Cet après-midi à Jouarre, en Seine et Marne, un peu plus de 400 manifestants se sont retrouvés devant la plateforme pétrolière érigée par l?entreprise Hess Oil. Ils s’inquiètent d’un forage d’exploration que s’apprêterait à démarrer la société américaine.

« Nous sommes contre l’exploration, mais également contre l’exploitation. Si cette plateforme est installée ici, ça veut dire qu’elle est prête à entrer en fonction, malgré le discours du gouvernement. On sait qu’il y a des lobbies puissants qui militent pour le gaz de schiste y compris parmi ses ministres », a expliqué à l’AFP Annie Lahmer, secrétaire régionale EELV. Une allusion à la position d’Arnaud Montebourg qui s’est montré favorable « à titre personnel » à l’exploration du gaz de schiste par d’autres moyens que la fracturation de la roche mère.

« Nous travaillons dans le cadre de la loi. On est là pour faire un forage pour déterminer s’il y a du pétrole ici. Par ailleurs, les services de l’Etat contrôlent régulièrement et inopinément nos activités », a précisé à l’AFP Guillaume Defaux chargé de communication de Hess Oil. « Sur les 50 dernières années, on a produit 250 millions de barils et on souhaite poursuivre cette histoire », a-t-il ajouté précisant que son entreprise « s’est engagée à ne jamais recourir à la fracturation hydraulique ». Hess, groupe américain spécialisé dans ces hydrocarbures non conventionnels, avait acquis en juillet des permis d’exploration français de la compagnie Zaza Energy, laquelle avait à son tour racheté en 2011 le groupe Toreador, leur détenteur initial.

image