Category: Revue de presse


Ce vendredi 11 octobre, le Conseil Constitutionnel doit statuer sur la constitutionnalité de la loi interdisant la fracturation hydraulique. Quelle que soit sa décision, il placera le gouvernement au pied du mur de la cohérence de ses politiques. Explications.

Rappel des faits

Sur la base de la loi du 13 juillet 2011 interdisant la fracturation hydraulique, deux arrêtés du 12 octobre 2011 signés par les ministres de l’écologie et de l’économie ont abrogé, sans indemnité, les permis exclusifs de recherche de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux dit permis de Nant etpermis de Villeneuve- de-Berg détenus par l’entreprise américaine Schuepbach. L’entreprise a saisi le tribunal administratif de Cergy-Pontoise en annulation de ces arrêtés ministériels. Ce dernier a transmis au Conseil d’Etat la question prioritaire de constitutionnalité portant sur les articles 1 et 3 de la loi, qui lui-même l’a renvoyé au Conseil Constitutionnel pour qu’il statue. Ce dernier rendra sa décision ce vendredi 11 octobre.

Pour justifier son action, l’entreprise américaine affirme que la loi serait contraire à la Constitution pour trois raisons. La fracturation hydraulique ne serait pas précisément définie, constituant un cas « d’absence d’intelligibilité de la loi ». Le principe de précaution instauré par l’article 5 de la Charte de l’Environnement ne serait pas respecté en raison du caractère trop restrictif de l’interdiction de la fracturation hydraulique1. Enfin, le principe d’égalité serait violé en ce que la la fracturation hydraulique serait interdite pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste mais pas pour la géothermie.

 

La suite sur  :  http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/101013/gaz-de-schiste-francois-hollande-et-le-gouvernement-sont-au-pied-du-mur

 

 

Publicités

Quelques lignes aux très lourdes conséquences dans le rapport du GIEC sur le climat : le méthane voit doubler son rôle comme gaz à effet de serre ! Une nouvelle donne qu’il faudrait absolument prendre en compte dans la lutte contre le changement climatique, notamment dans les discours sur le gaz de schiste.

Lire la suite sur  : http://www.reporterre.net/spip.php?article4789

Quelques jours avant

La température va fortement monter durant le siècle si rien ne change, avertit le GIEC

Denis Delbecq (Reporterre)

vendredi 27 septembre 2013

Ce vendredi, le groupe scientifique de l’ONU sur le climat, le GIEC, a présenté à Stockholm son cinquième rapport. Reporterre en présente les principales conclusions.

Le point majeur : si les émissions de gaz à effet de serre continuent au rythme actuel, le réchauffement atteindra entre 2,6 °C et 4,8 °C à la fin du siècle.

Suite de votre lecture ci-dessous

http://www.reporterre.net/spip.php?article4744

 

========================================================================================================================================

Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat  – GIEC

 

Site Internet du GIEC : http://www.ipcc.ch/

=>   En français http://www.ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml#.Uk3ppIbeXSE

 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/-GIEC-et-expertise-climatique-.html

La Brochure http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/brochure_giec.pdf

 

=======================================================================================================================================

Les Amis de la Terre   :   http://www.amisdelaterre.org/1ere-partie-du-5eme-rapport-du.html

LE CLIMAT CHANGE  :  http://leclimatchange.fr/

L’Appel mondial à l’action pour le climat  :  http://tcktcktck.org/

Réseau Action Climat :  Leur Analyse http://www.rac-f.org/Notre-analyse

 

arton1225

 

 

 

REPORTERRE – LE QUOTIDIEN DE L’ECOLOGIE

Si le lobby en faveur de l’exploitation du gaz de schiste est si fort en France, c’est que plusieurs grandes entreprises sont engagées dans cette activité aux Etats-Unis : de Vallourec à Vinci en passant par Veolia, Lafarge et Suez, elles sont nombreuses à en tirer déjà profit.


Une leçon du vieil Ouest est revenue à la mode avec le boom des gaz de schiste aux Etats-Unis  : « Durant la ruée vers l’or, les seuls à être sûr de faire fortune étaient les vendeurs de pioche. » Passé de l’artisanat du tamisage des rivières à l’ère industrielle, les chercheurs d’or gris ont désormais besoin de la fracturation hydraulique et du forage horizontal pour faire cracher les schistes profonds. Mais si les méthodes ont changé, il y a toujours des quincaillers pour profiter de la manne, dont plusieurs d’entreprises françaises du Cac 40 spécialisées dans des segments clefs de ces techniques : tubage, béton, chimie, services pétroliers et eau. Au delà d’une vision « industrielle » par laquelle ils encouragent une exploitation tous azimuts des ressources énergétiques, les majors françaises défendent avec les gaz de schiste des relais de croissance pour leurs propres activités. Des retombées bien plus certaines qu’une baisse des prix de l’énergie pour les ménages.

La suite …Suivre le lien ci-dessous

http://www.reporterre.net/spip.php?article4761